André Bucher

Samedi 18 Mars, 15h, Salon de lecture :

Lecture : Lecture croisée avec André Bucher (À l’écart) et Stéphane Audeguy (Histoire du lion Personne).

Dimanche 19 Mars, 15h30, Hall A : 

Rencontre : Écrire avec la nature, avec Stéphane Audeguy et André Bucher.

Bibliographie

  • À l’écart, éditions le mot et le reste, 2016
  • Confidences de l’oreille blanche, conversation entre André Bucher et Benoît Pupier, Revue critique de fixxion française contemporaine No 11 (2015), Écopoétiques, mars 2015
  • La Montagne de la dernière chance, éditions le mot et le reste, 2015
  • La Vallée seule, éditions le mot et le reste, 2013
  • Histoire de la neige assoupie, Une hirondelle qui pleure tout le temps, Chiendents n°17, Cahier d’arts et de littératures, éditions Le petit Véhicule, 2012
  • Fée d’hiver, éditions le mot et le reste, 2012, nouvelle édition 2016
  • La Cascade aux miroirs, Denoël, 2009
  • Le Pays de Haute Provence, pour l’office de tourisme du Pays de Haute Provence, 2007
  • Déneiger le ciel, Sabine Wespieser, 2007, SW Poche, 2016
  • Lent lifting au noir, Les Amis de l’Ardenne N° 12, mars 2006
  • Pays à vendre, Sabine Wespieser, 2005
  • Le Cabaret des oiseaux, Sabine Wespieser, 2004, France-Loisirs, 2005
  • Visages graves nuages pâles, Les Amis de l’Ardenne N° 11, décembre 2005
  • Le pays qui vient de loin, Sabine Wespieser, 2003
  • Le Juste Retour des choses, éditions Saint-Germain-des-Prés, Miroir oblique, 1974
  • Le Retour au disloqué, publication par l’auteur, 1973
  • La Lueur du phare II, éditions de la Grisière / éditions Saint-Germain-des-Prés, Balises, 1971
  • La Fin de la nuit suivi de Voyages, éditions Jean Grassin, 1970

ANDRÉ BUCHER

Écrivain, paysan, bûcheron, André Bucher est né en 1946 à Mulhouse, Haut-Rhin. Après avoir exercé mille métiers (docker, berger, ouvrier agricole…), il s’installe à Montfroc en 1975, vallée du Jabron, dans la Drôme, où il vit toujours. Il est un des pionniers de l’agriculture bio en France. Écrivain des grands espaces, des terres sauvages, lecteur de Jack London, Jim Harrison, Rick Bass, Richard Ford…, des écrivains amérindiens tels James Welch, Louise Erdich, Sherman Alexie, David Treuer…, des surréalistes…, de Kawabata ou de Bashô…, son écriture puise sa scansion, sa rythmique dans le blues, la poésie, le jazz et le rock’n roll. La nature n’est pas un décor mais un personnage de ses histoires.